1 avenue Charles de Gaulle
84130 Le Pontet
06 34 44 63 09
contact@claire-carraz.fr

21 janvier 2020
Les cinq blessures de l’âme

Connaissez-vous les cinq blessures de l’âme ? Claire Carraz au Pontet vous éclaire et vous accompagne sur le sujet.

Les blessures de l’âme, visibles dans le comportement mais aussi reconnaissables physiquement, peuvent avoir été réalisées à tout moment de notre vie. Prenez conscience de vos blessures à l’aide de Claire Carraz dans le Vaucluse.

Les cinq blessures de l’âme, présentes en chacun de nous depuis la naissance, prennent plus ou moins de place dans votre vie ensuite. Chacune peut être vécue à un degré différent selon votre vie antérieure, votre vie actuelle et votre enfance. Je peux aujourd’hui vous accompagner lors de la guérison de ces blessures après une première prise de conscience !

Tout ce qui vous arrive de difficile ou désagréable peut être lié à l’une de vos blessures de l’âme ! Prendre conscience de celles qui nous sont propres et désirer une guérison est une première étape nécessaire dans ce processus de reconstruction.

Pour nous protéger de toute agression envers nos blessures de l’âme, nous avons une réaction exacerbée lorsque cela arrive. Comme lorsqu’une plaie physique est touchée, nous ne sommes plus vraiment nous-mêmes, nous réagissons à la douleur : c’est l’attitude réactionnelle que l’on apparente au terme de « porter un masque ».

Décrivons les cinq blessures de l’âme et leur masque respectif pour les reconnaître et apprendre à les apprivoiser. Plus la description vous parle, plus votre blessure est grande !

blessures de l ame le pontet

Rejet

L’éveil de cette blessure de l’âme peut avoir lieu pendant la première année d’existence, souvent par le parent du même sexe. Vous ne vous sentez pas accueilli ou accepté par les personnes du même sexe que vous.

Votre masque est fuyant et votre attitude correspond à celle d’une personne qui ne se sent pas à sa place. Vous avez l’impression de ne pas avoir le droit d’exister et ne comprenez pas le but de votre vie !

La blessure du rejet peut vous amener à des moyens de fuite de la réalité comme la drogue, l’alcool, le sommeil etc. Vous vous sentez seul même en présence des autres, êtes perfectionniste et facilement paniqué face aux événements.

Le corps de la personne rejetée est souvent étroit et mince. Le haut du corps est replié sur lui-même comme pour se cacher et certaines parties du corps sont plus petites ou asymétriques. Une voix basse et éteinte ainsi qu’une tendance aux problèmes de peau et aux cernes sont présents.

Abandon

Durant les trois premières années de vie, le parent du sexe opposé n’a pas assez soutenu l’enfant et ne lui a pas donné assez d’affection. Cette blessure est donc sensible au contact des personnes du sexe opposé.

À cause de cette blessure de l’abandon, votre masque est basé sur la dépendance à l’autre. Vous recherchez l’attention, le soutien et le support de votre entourage quitte à tomber malade uniquement pour obtenir l’attention et l’affection désirée. Fonctionner seul est une épreuve pour vous, vous avez besoin de vous appuyer sur les autres pour avancer. Pour l’attention, vous formulez des demandes en permanence et vous angoissez d’être seul dans votre vie.

Physiquement, cette blessure de l’âme se traduit par un corps long et mince, sans tonus ni musculature. Les épaules sont tombantes et le dos courbé, certaines parties du corps sont également tombantes ou basses. La voix est enfantine ou plaintive, les yeux sont tristes.

Humiliation

Entre la première et la troisième année de vie, la blessure de l’âme de l’humiliation s’éveille au contact du parent qui réprime toute forme de plaisir physique. L’enfant en grandissant se sent alors brimé dans sa liberté de connaître le plaisir.

Le masque de protection dans cette forme de refus de la liberté et du plaisir est celui du masochiste, qui semble s’épanouir dans l’humiliation et la douleur plutôt que dans le plaisir physique et la liberté. Vous êtes une personne sensuelle qui aime les plaisirs associés avec les sens mais qui les refoule par peur de perdre le contrôle et d’avoir honte. Vous faites alors tout ce qui est en votre pouvoir pour ne pas être libre. Les besoins de vos proches passent avant les vôtres et vous êtes dégoûté de vous-même, vous vous trouvez indigne. Souvent, votre réconfort se situe dans la nourriture.

Le corps de la personne en proie à la blessure de l’humiliation est souvent en rondeurs, avec un surplus de poids. De petite taille, les vêtements sont souvent trop serrés et la voix est douce et mielleuse.

Trahison

Entre deux et quatre ans, c’est un parent du sexe opposé qui éveille cette blessure de l’âme. Vous vous êtes senti trahi, manipulé, on vous a menti. Vos attentes n’ont pas eu de réponse et vous avez perdu confiance.

Le masque utilisé pour se protéger de la trahison est donc le contrôle. Avec une forte personnalité, vous préférez contrôler les autres et leurs choix plutôt que de les laisser vous trahir.

Vous cherchez à être important, à prendre toute la place et à imposer votre point de vue. Séducteur et manipulateur, vous êtes sceptique et avez des difficultés à vous engager. Votre confiance n’est pas facile à obtenir et vous n’assumez pas vos responsabilités.

De corps, la trahison se ressent par des épaules plus larges que les hanches chez l’homme, la force et le pouvoir sont exhibés sur le haut du corps. Chez la femme, la force se trouve dans le bassin, les hanches et les cuisses. La voix est forte et les yeux sont intenses.

Injustice

Éveillée avec le parent du même sexe entre quatre et six ans, le développement de l’individualité est bloqué. La froideur et l’insensibilité du parent en question a développé cette blessure de l’âme et celle-ci est ressentie dans la vie par les personnes de même sexe.

Le masque de protection de l’injustice s’exprime dans la rigidité ! Très perfectionniste, vous voulez vivre dans un monde parfait pour ne pas en ressentir les imperfections et les injustices. Eternel optimiste même lorsque rien ne va, vous n’admettez pas vivre de problèmes, de fatigue ou de maladies. Vos limites sont floues, vous passez pour quelqu’un de froid et vous vous contrôlez facilement. L’appréciation des autres vient selon vous de ce que vous faites et non de ce que vous êtes.

La droiture et la rigidité du corps se ressent physiquement. La blessure de l’âme de l’injustice fait transparaître un corps et des mouvements durcis et saccadés ! En apparence, la tenue est soignée et souvent noire, le regard est direct et vivant, la voix est sèche.

Portez plus d’attention envers votre comportement avec les autres selon les situations, observez-vous vous et votre ressenti. Je peux lors d’une consultation vous faire prendre conscience de vos blessures de l’âme, vous aider à comprendre d’où elles viennent et à les guérir. Peu à peu, les changements dans votre vie se feront ressentir.

Vous souhaitez entamer un processus de guérison de vos blessures de l’âme avec Claire Carraz au Pontet ? Vous vous êtes reconnu dans l’une des descriptions et vous souhaitez en parler pour avancer dans votre vie ? Contactez-moi au 06 34 44 63 09 ou à l’adresse contact@claire-carraz.fr